Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Un livre d’Olivier Le Cour Grandmaison
De l’indigénat
Anatomie d’un « monstre » juridique : le droit colonial en Algérie et dans l’Empire français

Article mis en ligne le 9 mars 2015

par Laurent Bloch
logo imprimer
Licence : CC by-nd

J’emprunte à son éditeur La Découverte [1] la présentation de ce livre d’Olivier Le Cour Grandmaison, qui met à jour des réalités désagréables, trop oubliées mais qu’il convient de connaître. On pourra aussi consulter le blog de l’auteur.

Internement administratif pour une durée indéterminée, responsabilité collective appliquée à des tribus et des villages entiers, séquestre des propriétés « indigènes » et transfert de celles-ci aux colons, Code de l’indigénat enfin, adopté en 1875 puis régulièrement reconduit par les députés de la IIIe République : telles sont les principales dispositions répressives appliquées dans l’Algérie coloniale, jusqu’en 1945.

Citant largement les textes − dont le fameux « code de l’Indigénat » est enfin publié dans son intégralité − et les commentaires dont ils firent l’objet, Olivier Le Cour Grandmaison les analyse de façon précise, et met ainsi en évidence l’existence d’un racisme d’État longtemps théorisé et pratiqué par la République. Qualifiées de « monstres » juridiques par plusieurs juristes de l’époque, ces différentes mesures furent exportées dans les autres territoires de l’Empire au fur et à mesure de l’extraordinaire expansion coloniale de la France entre 1871 et 1913.

L’exception politique et juridique est ainsi devenue la règle pour les « indigènes ». À cela s’ajoutent le travail forcé et l’esclavage domestique, lequel a continué de prospérer au vu et au su des autorités françaises. Hier essentielle à la pérennité de la République impériale, cette législation coloniale est aujourd’hui trop souvent ignorée. Exhumer ses principes, étudier ses mécanismes et leurs conséquences pour les autochtones privés des droits et libertés démocratiques élémentaires, tels sont les objets de ce livre. Sommes-nous complètement affranchis de ce passé ? Hélas non. L’internement des étrangers sans-papiers et le « délit de solidarité » le prouvent. L’un et l’autre ont des origines coloniales.

Olivier Le Cour Grandmaison enseigne à l’université d’Évry-Val-d’Essonne les sciences politiques et la philosophie politique. Il a dirigé et animé plusieurs séminaires au Collège international de philosophie. Il a notamment publié Les Citoyennetés en Révolution 1789-1794 (PUF, 1992), Les Étrangers dans la Cité. Expériences européennes (avec Catherine Wihtol de Wenden, préface de Madeleine Rebérioux, La Découverte, 1993), Le 17 octobre 1961 : un crime d’État à Paris (collectif, La Dispute, 2001), etc.

Notes :

[1Signalons que cet éditeur est un des rares à ne pas adhérer pour ses publications électroniques à la détestable pratique des DRM, spécialement ceux appliqués par l’horripilant logiciel Adobe Digital Editions ; tous les livres électroniques des Éditions La Découverte sont protégés du piratage par un tatouage électronique, ce qui n’est absolument pas gênant pour le lecteur, et permet la lecture avec des logiciels libres comme Calibre.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS

2004-2017 © Blog de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.15