Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Jeunesse palestinienne en Israël
Je danserai si je veux
Un film de Maysaloun Hamoud avec Mouna Hawa, Sana Jammelieh et Shaden Kanboura
Article mis en ligne le 22 avril 2017
dernière modification le 25 avril 2017

par Laurent Bloch
logo imprimer
Licence : CC by-nd

Maysaloun Hamoud, réalisatrice palestinienne de nationalité israélienne [1], inscrit son travail dans le prolongement des soulèvements arabes de 2011, et pour la libération de la femme. Ses héroïnes sont doublement opprimées, comme femmes et comme colonisées.

Laila, une jeune avocate, et Salma, une serveuse DJ, Palestiniennes de nationalité israélienne, partagent un appartement en colocation à Tel-Aviv. Elles ne négligent aucun des plaisirs de la vie, y compris sexe, alcool, cannabis et cocaïne. Par le concours de relations, vient habiter avec elles Nour, étudiante en master d’informatique et de stricte observance musulmane. Nour a un fiancé qui essaye de la convaincre de quitter ses colocataires dévergondées, mais déménager à Jaffa lui imposerait deux heures de transport pour aller à la faculté.

Laila se fait draguer par un collègue juif, mais elle l’éconduit en lui expliquant « inutile de perdre du temps, ta mère ne te laissera partir qu’avec une vraie Juive cachère » [2]. Salma, qui est lesbienne, est convoquée par ses parents pour rencontrer un prétendant, elle y va avec sa copine mais elles sont percées à jour, ce qui ne va pas sans drame. Nour n’est pas plus heureuse avec son fiancé, un bigot hypocrite.

Après avoir vu le film, j’ai podcasté sur le site de France Inter l’émission L’heure bleue du 18 avril, où Laure Adler recevait Maysaloun Hamoud et l’historien israélien du cinéma Ariel Schweitzer.

Dans une société israélienne qui se referme de plus en plus, le cinéma est depuis une vingtaine d’années un espace de liberté, ce qui a permis la production, par des réalisateurs tant juifs que palestiniens, de films très critiques de la situation du pays, notamment du sort réservé à la population palestinienne (cf. Les Citronniers d’Eran Riklis), mais aussi de la chape de plomb imposée par les bigots (cf. Kadosh d’Amos Gitaï et Le Procès de Viviane Amsalem de Shlomi et Ronit Elkabetz). Mais cette liberté ne plaît guère au gouvernement du premier ministre Benyamin Netanyahou, qui préférerait un cinéma qui donne une « image plus positive » du pays. Le financement du cinéma indépendant est remis en question, surtout lorsque les réalisateurs sont palestiniens.

Notes :

[1Hiam Abbass expliquait un jour à Laure Adler que cette formulation était préférable, parce que plus exacte, à celle d’« israélienne arabe ».

[2Signalons au passage qu’en Israël il n’existe pas de statut personnel indépendant de la religion, et que les mariages mixtes sont de ce fait interdits. Mais la nature humaine étant ce qu’elle est, il survient des amours judéo-arabes, qui pour connaître la consécration du mariage doivent faire appel à un état-civil extérieur. Le plus près est à Chypre, ce qui a donné naissance à un marché exploité par des agences de voyage qui vendent le mariage clés en mains : rendez-vous à la mairie de Nicosie, repas de noces, hôtel, etc.

Forum
Répondre à cet article
Je danserai si je veux
Gérard Peliks - le 23 avril 2017

Bien sûr, ce n’est pas la question ici, mais permettez-moi de la poser : Est-ce que dans les états autour, ces trois jeunes femmes pourraient danser si elles veulent ?

Je danserai si je veux
Laurent Bloch - le 23 avril 2017

Alors, au Liban sans doute, ailleurs non bien sûr. C’est un des paradoxes de la situation tragique de la région.



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS

2004-2017 © Blog de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.15