Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Un film de Suha Arraf
La Belle promise
Une histoire de femmes, une tragédie palestinienne
Article mis en ligne le 14 juin 2015

par Laurent Bloch
logo imprimer

La scène est à Ramallah ; Badia, l’héroïne, sort de l’orphelinat où s’achevait son
adolescence, monte dans le taxi qui l’attendait, puis arrive devant une villa
où l’accueille, si l’on peut dire, sans un mot ni un sourire, une dame d’un certain
âge dont nous apprendrons qu’elle est sa tante Juliette Touma.

Juliette vit ici, dans la Villa Touma (qui donne au film son titre dans la version
originale en arabe) avec ses sœurs Violette et Antoinette, dernières descendantes
d’une famille de l’aristocratie chrétienne palestinienne, ruinées par la guerre
des six jours, femmes sans hommes, recluses et frustrées. Leur frère Anis,
le père de Badia, a été mis au ban de la famille pour avoir épousé une
femme musulmane, les deux époux sont morts, et les tantes ne recueillent
la jeune fille qu’à contrecoeur. Elles vont malgré tout essayer de la marier en
espérant ainsi redonner un peu de lustre à leur famille éteinte.

La vie à la Villa Touma est sinistre, claustrale, on pense au huis-clos du film
tunisien de Raja Amari Les Secrets : ici comme là trois femmes vivent
totalement à l’écart du monde, pour cacher un secret honteux, à Ramallah celui
de la perte d’un statut social aristocratique(« dans le temps seuls les riches
avaient le diabète, maintenant tout le monde l’a »), en Tunisie celui d’une naissance
hors mariage, ce qui finira par arriver aussi à Ramallah, et provoquera ici comme
là une situation tragique au-delà de toute expression.

Les tantes traînent Badia de cours de piano en leçons de français, de thés mondains
en mariages et en enterrements dans l’espoir de lui faire rencontrer le prince
charmant, mais la nièce ne trouvera rien de mieux que de tomber amoureuse
d’un jeune musulman de milieu populaire, engagé dans la résistance de surcroît.

De ce film émane une atmosphère d’enfermement au cube : enfermement physique
de ces femmes dans la Villa Touma, leur enfermement psychique dans une
société qui n’existe plus, enfermement politique des Palestiniens, évoqué avec
d’autant plus de force qu’il ne l’est que par litotes et allusions. Rien n’est épargné
au spectateur, et pourtant quand la lumière se rallume on se dit qu’à ne pas voir
ce film on aurait vraiment raté quelque chose de grand.


Forum
Répondre à cet article


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS

2004-2017 © Blog de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.47