Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Un film de David Oelhoffen
Loin des hommes
d’après la nouvelle d’Albert Camus L’Hôte
Article mis en ligne le 18 février 2015

par Laurent Bloch
logo imprimer
Licence : CC by-nd

Le film de David Oelhoffen ne semble pas rencontrer un grand succès, il faut donc se dépécher d’aller le voir, il est superbe. Dans les montagnes arides de l’Atlas saharien, l’instituteur Daru est seul dans son école dont tous les élèves sont de petits Algériens, lorsqu’éclate la guerre d’indépendance. Les gendarmes français d’un village assez éloigné lui amènent un prisonnier, Mohamed, et lui ordonnent de l’escorter au chef-lieu, à une journée de marche. Daru voudrait refuser, mais ce n’est pas possible.

Mohamed a tué son cousin, qui volait le grain de sa famille et risquait ainsi de la condamner à mourir de faim. Maintenant les frères du cousin doivent tuer Mohamed pour venger leur frère, ce qui obligera les petits frères de Mohamed à perpétuer la vendetta. Aussi Mohamed a-t-il décidé de se livrer à la justice française afin d’être tué par elle, ce qui mettra fin à la vengeance. Les deux hommes partent à travers les montagnes, ils échappent à des colons qui veulent tuer Mohamed, sont poursuivis par les cousins et ne leur échappent que pour être capturés par les maquisards, dont beaucoup ont combattu les Allemands dans l’armée française avec Daru, que certains connaissent bien. L’armée française de 1954 donne l’assaut et tue sommairement les hommes qui se rendent. Daru et Mohamed reprennent leur chemin vers le chef-lieu. Le dénouement ne sera pas celui de Camus.

Toute la qualité du film est dans la finesse des rapports qui se nouent et se dénouent entre les hommes (y compris les enfants), sans oublier les paysages magnifiquement filmés (c’est tourné au Maroc). On retrouve toute l’hésitation d’Albert Camus : il était au fond de lui-même partisan de l’indépendance algérienne, mais il aurait bien voulu que les Européens nés en Algérie comme lui puissent continuer à y vivre, mais il savait bien que ce ne serait guère possible...

Forum
Répondre à cet article
Loin des hommes
- le 18 février 2015

Le titre de la nouvelle de Camus est "L’Hôte", dans le recueil "L’Exil et le royaume"
Françoise.



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS

2004-2017 © Blog de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.44