| |
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Les 4 mystères de la population française, par Hervé Le Bras

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Les 4 mystères de la population française, par Hervé Le Bras
Monia - le 18 janvier 2008

"La conclusion d’Hervé Le Bras est radicale : à l’heure où les migrations sont l’objet d’un débat national, la France vient de se priver de tout moyen de s’en faire une image objective"

Mais dans le recensement de 1999 l’insee s’est trompé. Donc l’image n’était pas du tout objective.
http://fr.youtube.com/watch?v=zcNZhF98Z10
En plus Hervé Le Bras n’a pas su expliquer pourquoi la Grande Bretagne a connu presque la même augmentation de la natalité passant de 1,63 en 2001 à 1,87 en 2006.

Derniers commentaires

Indispensable Laurent
Merci de ta veille vigilante et de si bien nous informer. Amicalement. Aïcha

L’ouverture aux autres est une source de richesse
La plupart des politiciens en vue dans la campagne électorale actuelle, et les médias qui (...)

Question d’échelle
À l’échelle individuelle, bien sûr que tous les cas de figure sont envisageables ! Mais dès lors (...)

L’ouverture pour l’ouverture ?
Les situations peuvent être très variées, tous les cas de figure sont envisageables, mais, fort de (...)

L’ouverture pour l’ouverture ?
In abstracto, pourquoi pas... Mais, premièrement, les chantres de l’ouverture à l’autre sont bien (...)