logo site
Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Livre électronique, droit d’auteur, DRM et service au client

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Droit d’auteur, DRM et service au client
EC - le 22 juin 2013

le problème de ces DRM relève à mon sens de la physique.

L’environnement numérique ne connait pas la notion d’exemplaire, comme dans l’expression "un exemplaire du livre de..." (Laurent Bloch par exemple)
La notion d’exemplaire appartient à notre monde naturel, celui où nous vivons avec nos pieds, pas notre curseur. Là, les objets ne sont pas traités de la même façon selon l’endroit où ils sont placés (dehors ou à l’abri, etc…).
Ils sont donc indépendants les uns des autres. Chaque livre de ma bibliothèque, chaque caillou de l’allée qui traverse mon jardin a sa propre histoire. Deux gouttes d’eau se ressemblent peut-être, elles n’en sont pas moins
deux (2). L’environnement numérique n’est pas structuré de la même façon. Y règne un principe de copier/coller qui fait qu’une copie n’est pas un événement significatif, c’est un fait de nature. Les copies se font toutes seules,
les choses sont ainsi !

Les DRM sont une tentative de recréer dans l’écosystème numérique les objets séparés et indépendants que nous utilisons dans l’atmosphère (voitures, pommes, briques, chaussures, tasses à café etc.).

En physique, il me semble que cela s’appelle une aberration.

Cela ne signifie pas qu’il faille laisser les consommateurs consommer sans payer. Cela signifie simplement que, face à deux mondes si différents, il est vain de vouloir transposer les fonctionnements de l’un à l’autre.

un dernier mot, à propos d’un mot justement : restitution. "Restitution" est un mot inconnu dans le nouveau monde, derrière les écrans, et ce n’est pas un hasard.

Les problèmes techniques expliqués dans cet sont révélateurs, révélateurs d’une méconnaissance des principes de fonctionnement, des lois naturelles du Nouveau Monde, de la part des éditeurs et des distributeurs de livres.

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Histoire et avenir des processeurs RISC
Bonjour, je salue ce bel effort que je viens de parcourir en diagonale, ma recherche initiale (...)

La Société informatique de France célèbre 50 ans d’Internet
Cher Laurent, j’apprécie d’autant plus ton compte rendu qu’il n’est pas parfaitement lisse et laisse (...)

Scheme ou Python ?
Alors ce n’est pas une excellente idée, parce qu’une fois prises de mauvaises habitudes elles (...)

Scheme ou Python ?
Peut-être que le débutant doit écrire d’abord un vilain programme sans sous programme, avant de les (...)

Netflix, Salto : évolutions de la télévision et défis de souveraineté
Bonjour Laurent, L’architecture de Netflix est en effet admirable, j’ai aussi lu l’article de (...)