Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Livre électronique, droit d’auteur, DRM et service au client

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Droit d’auteur, DRM et service au client
JFC MORFIN - le 1er juillet 2013

Il n’empêche que le Kindle d’Amazone auquel je suis revenu sur la foi des bonnes raisons ici données, illustre bien le rapport d’apathie fournisseur/utilisateur que je tente en vain de réveiller à l’IETF (je différencie l’utilisateur capable de gérer intelligemment son environnement numérique "IUser", de l’usager "end-user" qui se borne à ce qu’on lui laisse entendre). Le Kindle n’a pas de répertoire hiérarchique : la notion de collection est plaquée et donc ingérable de son ordinateur. J’ai chargé une centaine de PDF : impossible à classer, donc à retrouver. Mais où Amazone permet-il le dialogue et le développement de micro-apps ?

Je suis en train de finir un appel IAB après un premier niveau IESG concernant la RFC 6852 qui stabilise cette apathie par la manière de penser et concevoir la norme. Le but de l’IETF n’est plus que l’internet "marche mieux" mais qu’il soit plus agréable "au marché", celui-ci étant constitué de "communautés globales" (les espaces marchands de Google, M$,Apple, etc.). Ces communautés sont un fait indéniable, mais il ne doit pas bloquer l’innovation ouverte et les ponts relationnels entre ces espaces. Ceci relève de l’initiative d’une architecture ouverte (que nous avons faite accepter (mais pas encore digérer !) dans le contexte de la RFC 5895 introduisant la subsidiarité comme réponse à la diversité. Ceci passe par l’exigence culturelle (absente chez Amazone) du droit à l’utilisation intelligente - sans doute à partir de la reconnaissance d’une communauté globale de l’innovation réciproque [la couche interopérations manquante, comme transport et présentation et la plus grande partie de services]. Cette communauté globale la (un concept similaire au multipartieprenariat du SMSI) est bien difficile à susciter, au moins tant que l’on aura pas fait passer ses attentes non pas comme une standardisation de plus ou parallèle, mais comme des spécifications communes requises pour motiver un achat..

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Affaire Huawei : derniers rebondissements
Le retard technologique me semble être une stratégie utilisée de longue date par les Américains. (...)

Affaire Huawei : derniers rebondissements
Je lis : les Américains n’ont jamais été les meilleurs en fabrication ; Chose que j’ai déjà (...)

Comment sont gérés les noms de domaines en .fr - Principes du DNS - L’Afnic
Oui, Jean-Jacques, ces questions en apparence techniques ne sont pas sans versants politiques. (...)

Comment sont gérés les noms de domaines en .fr - Principes du DNS - L’Afnic
Merci Laurent pour cette synthèse des fondamentaux et du (des) DNS, des organismes qui en (...)

L’affaire Huawei est gravissime
Merci de votre analyse, Pierre. Le pire est que pour l’instant cette politique réussit assez (...)