Site WWW de Laurent Bloch
Slogan du site

ISSN 2271-3905
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets moins techniques.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Forum de l’article

Mémoire virtuelle, persistance : faut-il des fichiers ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Mémoire virtuelle, persistance : faut-il des fichiers ?
Claude Ringer - le 5 avril 2014

Mmm j’admets ne pas avoir tout saisi et survolé ce texte très dense que je relirai, néanmoins déjà une question me vient ; vous écrivez "or dans un système classique tel Unix c’est le noyau qui décide des pages de mémoire virtuelle à garder en mémoire volatile ou à reléguer en mémoire auxiliaire, ce qui aboutit à des contradictions"

Mais je ne comprends pas comment il pourrait en être autrement quel que soit le type de gestion de la mémoire, puisque quel que soit l’OS qui est mis en place un algorithme définit dans le noyau au niveau de l’ordonnanceur ("scheduler") devra gérer l’utilisation de la mémoire par les processus non ?

A moins d’imaginer que le "hardware s’adapte lui même" (et je ne vois pas trop comment ce serait possible).
Merci pour ces textes très intéressants.

Mémoire virtuelle, persistance : faut-il des fichiers ?
Laurent Bloch - le 5 avril 2014

Justement, c’est bien là la question : comme l’allocation de mémoire est décidée en dernier recours par l’OS, toute tentative d’un logiciel, fût-il SGBD, pour avoir sa propre stratégie sera au mieux redondante avec l’OS, et sans doute contrariante. C’est bien pourquoi la gestion de la persistance doit être effectuée au niveau de l’OS, du noyau.

Mémoire virtuelle, persistance : faut-il des fichiers ?
Claude Ringer - le 5 avril 2014

Oui, l’OS doit gérer un ensemble de processus qui demandent des accès simultanés aux ressources. C’est pour çà que Linux est une excellente solution (tous les OS open source en fait) puisqu’on peut réécrire le code source du noyau et par exemple l’optimiser pour la gestion d’un processus en particulier comme un SGBD. Pour le "NoSQL", il semble que le gros intérêt soit de ne pas avoir à gérer toutes les relations entre les tables (comme c’est le cas en SQL avec les multiples JOIN) et donc la grande flexibilité, ce qui est intéressant quand on gère de grandes quantités de données avec beaucoup de modifications. On pourra répondre que les INDEX sont là pour éviter les temps de réponses longs dans les SGBD.

Bien cordialement.

Derniers commentaires

0 | 5 | 10

Affaire Huawei : derniers rebondissements
Le retard technologique me semble être une stratégie utilisée de longue date par les Américains. (...)

Affaire Huawei : derniers rebondissements
Je lis : les Américains n’ont jamais été les meilleurs en fabrication ; Chose que j’ai déjà (...)

Comment sont gérés les noms de domaines en .fr - Principes du DNS - L’Afnic
Oui, Jean-Jacques, ces questions en apparence techniques ne sont pas sans versants politiques. (...)

Comment sont gérés les noms de domaines en .fr - Principes du DNS - L’Afnic
Merci Laurent pour cette synthèse des fondamentaux et du (des) DNS, des organismes qui en (...)

L’affaire Huawei est gravissime
Merci de votre analyse, Pierre. Le pire est que pour l’instant cette politique réussit assez (...)