Forum de l’article

Introduire l’informatique dans la culture

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Rappel de la discussion
Introduire l’informatique dans la culture
Elisabeth Porteneuve - le 14 septembre 2021

Cher Laurent,

Ton article met en évidence les raisons pourquoi la langue française ne peut pas survivre au 21 siècle, dans les domaines de précision (par exemple numérique ou géographique).

Et pourtant la France est un des pays piliers de normalisation, où initialement deux langues, anglais et français, donnaient des définitions précises. Ce n’est plus le cas, les normes s’écrivent en anglais, concis, et précis. Ensuite on traduit (et on s’embourbe dans les marécages digitale ou numérique, où encore dans les formes, comme apostrophe, après avoir perdu la définition stricte du caractère apostrophe, celui si nécessaire à la langue française en époque numérique.

Nous n’écrivons pas en français concis, court et précis, nous ne savons pas faire sans kilomètres de l’inutile ou répétitif. Sans doute parce que ce n’est pas appris au quotidien, à l’école. Peut-être parce que les Français ne savent pas être disciplinés ? Certains savent, individuellement. A cela s’ajoute l’Académie française qui invente les mots souvent aberrants, juste pour marquer la différence avec l’anglais ?

Nous sommes en train de perdre la capacité de la langue française d’être une langue universelle de service, langue de définitions ou descriptions, seul l’anglais va rester.

Regardons cet article de Wikipédia en anglais, concernant les exonymes en français, https://en.wikipedia.org/wiki/French_exonyms, et son équivalent en français auquel il renvoie, https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_noms_fran%C3%A7ais_de_toponymes_du_Royaume-Uni
La quantité de noms obsolètes est effrayante.

On observe une tendance depuis plusieurs années (au moins une vingtaine selon mes propres observations) d’adopter les noms de toponymes, prononcés comme en langues d’origine. Beijing et non Pékin. Bélarus et non Biélorussie. Les anglophones ont décidé et appliquent cette politique systématiquement.
Or parfois ces noms en français sont étranges et incompréhensibles, y compris pour les Français. La richesse de toponymes étrangers en franco-français est devenue un obstacle à la compréhension du monde.

La somme de ces divergences entre deux langues universelles de services est devenue inquiétante. La norme n’est plus avec le français.

Elisabeth