Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Un livre de Tony Judt :
Après-guerre — Une histoire de l’Europe depuis 1945
Article mis en ligne le 21 mars 2008
dernière modification le 29 mars 2008
logo imprimer

Historien britannique passé par le King’s College de Cambridge et
l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, auteur de travaux de
premier plan sur l’histoire de la France des XIXe et
XXe siècles, Tony Judt est professeur à New York
University ; on consultera avec profit l’article que lui consacre
Wikipédia
(de préférence en
anglais). Vous pourrez lire sur le site du New York Times un article
qu’il a consacré à la politique française.
Armand Colin a publié en 2007 la traduction de son livre
monumental Après-guerre — Une histoire de l’Europe depuis 1945.

L’idée de ce livre est venue à Judt, écrit-il dans la préface, en
décembre 1989, alors qu’il changeait de train à la Westbahnhof de
Vienne (la gare de l’Ouest) en rentrant de Prague libérée, et en entendant à la radio les nouvelles du soulèvement roumain contre Ceauşescu : il allait
falloir réécrire l’histoire de l’Europe.

Certains auteurs ont qualifié de « tentative de suicide presque
réussie de l’Europe » l’enchaînement des deux guerres mondiales du
siècle dernier : Judt donne une peinture saisissante de l’état de
désespoir dans lequel se trouvait le continent en 1945, et l’ensemble
du livre peut se lire comme le récit d’une résurrection improbable,
miraculeuse, dont les artisans seraient Konrad Adenauer, Charles de Gaulle, Jean Monnet, Willy Brandt, Karol Wojtyła, Václav Havel, Adam Michnik, Lech Wałęsa et quelques autres.

Britannique, et doté de ce fait d’une certaine distance vis-à-vis du
continent, Judt a des notations souvent acerbes tant sur sa
patrie que sur la France et d’autres pays. Il note ainsi que la
résistance au nazisme a fait l’objet de discours emphatiques surtout
dans les pays où elle n’avait mobilisé qu’une toute petite minorité
(qui n’en avait que plus de mérite), au premier rang desquels la
France, alors que l’on en a beaucoup moins parlé dans des pays où elle
fut un phénomène massif, avec des résultats militaires considérables,
c’est-à-dire surtout la Yougoslavie et la Grèce.

La description des revendications françaises en termes de réparations
de guerre attendues des Allemands m’a fait monter le rouge au front,
tant leur stupidité ne le disputait qu’à leur petitesse et à leur
aveuglement : le gouvernement français voulait que l’on envoie des
Allemands travailler dans des camps en France, Maurice Thorez
(vice-président du conseil) voulait mettre la main sur « les bœufs du
Württemberg » [1], sans parler du désir de piller
la Ruhr, et de l’espoir d’annexer un jour la Sarre. Comme si les
leçons des clauses iniques du traité de Versailles et de leur rôle
dans les succès de Hitler n’avaient pas suffi. Les Américains et les
Anglais ont dû rappeler aux Français la faiblesse des moyens dont ils
disposaient pour accomplir leurs rêves de pillage.

Les premiers chapitres narrent la fermeture du rideau de fer, qui allait
scinder l’Europe en deux pendant quarante ans, et écraser sa moitié
orientale sous la glaciation. Les procès d’épuration dans les
« démocraties populaires » et l’écrasement de l’insurrection hongroise de
1956 sont l’objet de synthèses vivantes et documentées, qui font écho
aux guerres coloniales (surtout françaises) et à l’expédition de Suez
(la « triple et lâche agression » comme on dit dans les pays arabes, et le récit de Judt corrobore cette façon de parler). Les ressorts de la guerre civile en Grèce, souvent mal connus dans notre pays, les détails de la rupture entre Staline et Tito et le destin ultérieur de la Yougoslavie ne manquent pas de jeter une lumière utile sur des événements plus récents.

Une qualité éminente de ce livre réside dans la place qu’il accorde
aux aspects économiques, culturels et même sportifs de l’histoire, qui
viennent éclairer les événements politiques et leur donner un contexte
très utile. Il n’est pas superflu de connaître les mécanismes du plan
Marshall ou de la création de la Comunauté économique européenne, non
plus que les mouvements qui regroupèrent de jeunes intellectuels autour de
Louis Althusser ou de Herbert Marcuse. Judt a séjourné à l’École
normale en pleine période althusserienne, et les passages
qu’il consacre aux althusseriens, au structuralisme ou à Jacques Lacan
sont particulièrement savoureux, non moins que l’analyse comparée des
Beatles, plébéiens de province, et des Rolling Stones, issus de la classe moyenne londonienne, ni que la description de la suffisance
de l’équipe de football d’Angleterre face aux Hongrois qui allaient
leur infliger une raclée historique.

Les lecteurs les plus jeunes apprendront avec surprise que jusque dans
les années 1960 et peut-être même un peu plus tard l’Europe vivait
sous le signe de la concurrence entre système capitaliste et système
socialiste, et que beaucoup de gens, même très savants, très
intelligents et pas vraiment de gauche, ne donnaient pas cher de
l’avenir du premier. Ils seront également étonnés d’apprendre que dans
l’immédiat après-guerre et jusque dans les années 1950 la plupart des
peuples, à l’est comme à l’ouest, redoutaient une reprise des
hostilités par les Allemands, une guerre de revanche, crainte qui
devait par exemple alimenter longtemps la propagande du PCF, et qui
servira encore en 1968 pour faire croire aux équipages des chars
soviétiques envoyés écraser le printemps de Prague qu’ils seraient
accueillis à bras ouverts par la population, soit-disant menacée
d’une invasion ouest-allemande.

On trouvera dans la seconde moitié du livre une vision d’ensemble du
mouvement d’opposition et de résistance qui devait mener à la
libération des pays d’Europe de l’Est du joug soviétique. Mais sur
chaque sujet Judt a un diagnostic clair : le Forum civique tchèque ou
le syndicat Solidarność ont joué un rôle de sape, mais l’effondrement
de la domination soviétique n’aurait pas été possible si Gorbatchev
n’avait pas miné en son cœur un système déjà ruiné par la
confrontation militaire avec les États-Unis et privé de légitimité
morale par les écrits de Soljetnitsyne et Zinoviev et la persécution
de Siniavski, Daniel, Sakharov et tant d’autres. Les Croates ont
commis leur part de crimes de guerre, mais la responsabilité du drame
yougoslave incombe essentiellement aux apparatchiks serbes du
gouvernement yougoslave tels que leur chef Slobodan Milošević.

Né en 1948, issu d’une longue lignée de rabbins lithuaniens, Judt a
séjourné pendant son adolescence dans un kibboutz, et il n’a pas
manqué de remarquer que la création d’un état pour le peuple juif
dépossédait de son pays un autre peuple qui habitait là avant, les
Palestiniens. Il milite depuis pour que l’état d’Israël devienne un
état binational laïc, où juifs et arabes de Palestine jouiraient de
droits égaux. Pour lui, Israël sous sa forme actuelle est un état
intolérant, belliqueux, théocratique et qui ne fait que générer de
l’antisémitisme.

Tony Judt a publié en 2003 dans la New York Review of Books un
article
où il exposait sa vision de la politique israélienne et du
destin des Palestiniens, telle que résumée ci-dessus ; cette publication
a déclenché la vague de protestations que l’on peut imaginer. Peter
Coleman a publié dans le numéro de juillet 2006 de la revue
australienne Quadrant une analyse intitulée What History Teaches the
Jews
où il
défend l’idée que le livre Après-guerre constituerait, entre autres
thèmes, une réponse au torrent d’insultes et de réfutations plus ou
moins honnêtes que Judt a reçues après son article de 2003.

En effet, pour Judt, la construction de l’Europe peut se concevoir
comme le résultat de la prise de conscience, après deux conflits
catastrophiques, de l’impossibilité de régler par la guerre les
dissensions entre pays voisins, et, au-delà, de l’inadaptation du
modèle nationaliste d’état hérité du XIXe siècle aux
conditions politiques et militaires du continent au début du
XXIe siècle. Bien sûr, tous les Européens n’adhèrent pas à
cette conception, ainsi les dirigeants nationalistes serbes en sont
encore aux conceptions anciennes d’écrasement des voisins par la force
et de massacre des minorités. D’un autre côté certains courants flamands
ou catalans voient dans l’Union européenne un cadre favorable à leurs
aspirations nationales, ce qui peut être considéré comme un point de
vue légitime, même si on ne le partage pas.

Tony Judt pense que dans cette prise de conscience la dimension morale
joue un rôle essentiel. Certains pays qui avaient d’eux-mêmes, par
rapport aux événements de la seconde guerre mondiale, l’image
d’innocentes brebis ou d’héroïques peuples résistants, voient remonter
à la surface des aspects peu reluisants de leur passé, notamment la
participation de larges secteurs de leur administration et de leur
classe politique à la destruction des Juifs d’Europe. À la suite de
l’historien français Henry Rousso, Judt nomme « syndrome de Vichy » la
prise en compte de cette douloureuse remémoration, dont pour la France on pourra lire une analyse sous la plume d’Annette Wieviorka.

Il ne lui a pas
échappé que les Français ont dû attendre d’abord l’historien américain
Robert Paxton pour disposer d’une analyse historique sérieuse du
régime de Vichy, ensuite Jacques Chirac pour qu’un responsable
politique national parle dignement de la rafle du Vel’d’Hiv, et enfin
le procès Papon pour qu’un haut fonctionnaire ait à rendre compte en
détail de sa participation à la persécution des juifs. Notons
d’ailleurs que ce procès a permis d’évoquer également le rôle criminel
de Papon lors de la répression sanglante de la manifestation des
Algériens de Paris le 17 octobre 1961. Et il reste encore beaucoup à
faire, après les travaux pionniers de Jacques Sigot, pour élucider les
crimes contre les Rroms, pour lesquels la République française a
construit des camps de concentration dès la période de la drôle de
guerre, quand elle n’a pas réutilisé ceux qui avaient servi pour les
républicains espagnols. Les derniers détenus de ces camps n’ont été
libérés, à contre-cœur, qu’en 1946.

Judt ne manque pas de relever le contraste entre l’effort remarquable
accompli en Allemagne par la génération née après la guerre pour
assumer un passé terrible, tardivement peut-être, mais sérieusement,
et jusqu’à une époque très récente en France une attitude hypocrite
dont François Mitterrand fut le représentant le plus
caractéristique. C’est encore pire en Autriche, où encore aujourd’hui
une large part de l’opinion publique prétend avoir été « victime » du
nazisme : Otto de Habsbourg l’a redit tout récemment, mais le grand
âge et son point de vue un peu particulier peuvent peut-être lui
valoir une certaine indulgence (comme l’appréciation de l’attitude de Mitterrand, ce point de vue sur Otto de H. est propre à moi, LB, j’ignore celui de T. Judt). La lente résorption de ces phénomènes de dénégation a jalonné le chemin de la construction européenne.

Aujourd’hui nous avons basculé dans l’excès inverse : l’obsession du
« devoir de mémoire », la déplorable loi Gayssot, l’impossibilité
d’allumer un téléviseur sans entendre parler de la Shoah, et le fait
qu’il soit devenu imprudent de prononcer en public le mot « juif »
sans avoir consulté au préalable son avocat, même si l’on est soi-même
juif, comme Edgar Morin en a fait la triste expérience. Il n’est pas
sûr que cet étalage de pieux sentiments plus ou moins sincères
corresponde à un approfondissement ni à un élargissement de la
conscience morale et politique, ni qu’il soit pour les Juifs une
protection contre l’antisémitisme.

Notes :

[1Communication personnelle d’une amie contemporaine des
faits.




pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS

2004-2017 © Blog de Laurent Bloch - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.39