logo site
Blog de Laurent Bloch
Blog de Laurent Bloch

ISSN 2271-3980
Cliquez ici si vous voulez visiter mon autre site, orienté vers des sujets informatiques et mes enseignements.

Pour recevoir (au plus une fois par semaine) les nouveautés de ce site, indiquez ici votre adresse électronique :

Un roman policier de Patrick Amand :
Le manuscrit improbable
L’histoire se passe à Poitiers
Article mis en ligne le 29 mai 2019
dernière modification le 31 juillet 2019

par Laurent Bloch

Patrick Amand, romancier poitevin, publie un roman policier, Le manuscrit improbable, dont l’action se situe à Poitiers, et pour une bonne part à La Mérigote, maison où j’ai passé mon enfance et mon adolescence. La voici (ci-contre),

ainsi qu’une vue du parc :

puis l’annonce de sa mise en vente sous les auspices du Commissariat général aux Questions juives.

Affiche de mise en vente

Cette maison a été achetée en 2005 par la Ville de Poitiers pour y accueillir des artistes en résidence, dont certains sont des réfugiés politiques (en ce moment un cinéaste burkinabè et un poète iranien), et Patrick Amand a dirigé les travaux de rénovation et de ré-aménagement des lieux, qui en avaient bien besoin. Le résultat est épatant. Sans doute est-ce ce qui lui a donné l’idée du roman. En effet la maison se prête bien à de telles aventures. Voici la couverture du livre (ci-contre)

et la présentation de l’éditeur, ainsi qu’une critique du site Polarmaniaque.

Comme le souligne l’historienne Rachel Mazuy dans son article, beaucoup des événements de la narration sont relatés avec véracité, comme la rencontre entre mon grand-père et Aragon venu à Poitiers pour le convaincre de travailler au journal Ce Soir, ou, encore plus étonnant, le rôle de l’officier allemand, occupant de la maison, qui a veillé sur la bibliothèque (30 000 volumes, des mètres cubes de périodiques...) comme sur la prunelle de ses yeux, ce qui a permis de la retrouver intacte à la Libération (elle est maintenant déposée à la Médiathèque de la ville de Poitiers). Le lecteur pourra ainsi traverser quelques épisodes d’une période historique particulièrement dramatique.

On lira aussi avec intérêt la critique de Jean-Michel Gouin dans la Nouvelle République.

Ce qui reste le fruit de l’imagination de l’auteur, c’est la dissimulation par Aragon dans un recoin de la maison du manuscrit d’une œuvre perdue, les intrigues au sein de la société poitevine autour de ce mystère, avec à la clé quelques meurtres. Mais ne comptez-pas sur moi pour vous en dire plus, ce serait divulgâcher. Lisez cet excellent bouquin !


Dans la même rubrique